Plus belle casquette du monde

3 jours de Marseille, tant de soleil

J’étais à Marseille pour le travail et je n’ai pas vraiment de bonnes adresses à vous conseiller.

Mais je peux quand même vous conseiller d’aller à Marseille voir si vous y êtes. Moi j’y étais.

Le non-city-guide de Marseille pour vous servir

Pour la liste des souvenirs, on va faire très vite : j’ai ramené à Rigolus un crayon avec écrit dessus « Marseille » (suite à sa demande), une casquette avec écrit dessus « Marseille » (suite à un problème de luminosité trop importante vis-à-vis de l’écran de l’ordinateur sur le Vieux Port) et du savon noir (suite au fait que le prix défiait toute concurrence et que ça fait la peau sacrément douce).

La vue depuis Notre Dame de la Garde

Pour la liste des incontournables, on va aussi faire très vite. On est montées jusqu’à Notre-Dame de la Garde pendant la première pause déjeuner et c’était magnifique.

La vue sur Marseille, le début de l’arrière-pays, la mer…  Ca grimpe pour de vrai mais c’est parce qu’à la fin… on est en haut pour de vrai ! Vous croiserez peut-être des crâneurs de runners mais faites comme s’ils n’existaient pas (évidemment, la photo ne rend pas justice à la réalité).

Le Vieux Port de Marseille

On a aussi passé pas mal de temps dans un bar du Vieux Port qui s’appelle Manu Factory. C’est douillet, c’est confortable à l’intérieur comme à l’extérieur, c’est bien pour travailler en terrasse au soleil. Il faut juste savoir passer outre un des serveurs (celui qui arrive dans l’après-midi) qui a l’air très moyennement motivé par son job. Bon, pourquoi pas.

Mais quand vous l’interrogez sur les bières, il vous parle de Corona en oubliant de mentionner la Vedett, que vous découvrez dans les frigos en allant régler votre Pietra pression. C’est quand même vraiment moche de faire ça.

Marseille, Le Panier

On est aussi allées dire bonjour au Panier parce que c’est tout à côté du Vieux Port et c’était pas mal du tout avec les jolies rues et les gamins qui braillaient avant la reprise de l’après-midi.

Côté hôtel, on a passé deux nuits au Mama Shelter. Dans les chambres, tout va bien, je suis même assez fan (il y a une tête de lit à l’éclairage réglable qui rend la lecture plaisante ; et si vous êtes fan de miroirs, il y en a suffisamment wink wink).

Au petit-déjeuner, on n’est pas malheureux devant le buffet. Au déjeuner et au dîner, une carte sympa mais le hummus est bif-bof et le poke bowl saumon bien mais sans plus. Et puis la bière de La Plaine, bière locale fabriquée à quelques rues de l’hôtel, est très bonne mais elle coûte… 7 euros les 33 cl.

On a trouvé un petit déficit de longueur en bouche (= un peu l’impression d’avoir bu de la flotte une fois la gorgée juste avalée) à la houblonnée à cru mais c’était quand même très bien.

Est-ce que Marseille a une âme ?

Cette question a une histoire. Quand on est partis en commando de travail pour assister au Web Summit à Lisbonne, Marie, la capitaine de bord, avait soulevé la possibilité que Lisbonne, bien qu’étant une ville très chouette, n’ait pas d’âme.

On est bien d’accord que tout ça est est 100% subjectif, cette question de l’âme d’une ville ne cherche pas à obtenir un consensus mais elle crée d’intéressants échanges.

Dans un premier temps, je me suis révoltée : « Lisbonne ? Pas d’âme ? Impossible, no way, you’re kidding me« . Sauf que… je vois finalement ce qu’elle voulait dire. Ca a l’air d’une sentence cruelle mais finalement pas tant que ça, c’est un peu quand le mix architecture/environnement/humain/météo/bouffe (et sans doute des tas d’autres choses) ne prend pas complètement sur vous. J’ai adoré Lisbonne mais je suis quand même d’accord avec Marie.

Entre autres exemples, Marie trouve que Québec a une âme mais Montréal, pas trop. Et on est d’accord sur le fait que Londres et Barcelone ont définitivement une âme. Berlin, c’est assez limpide pour moi également.

Marseille depuis la gare Saint-Charles

Et Marseille ? Oui, sans aucun doute, Marseille a une âme… Ses trottoirs sont bien cradingues mais les gens sont gentils et de bonne humeur… Cet accent aussi, c’est pas mal. Et le soleil, quand on dépérit de ne plus le voir à la maison, ça fait son petit effet. La photo juste au-dessus, c’est la vue depuis la gare Saint-Charles, avec Notre-Dame de la Garde au loin.

Et Rennes ? Bah oui, une âme qui vomit dans le caniveau avant de s’endormir dedans… mais une âme quand même.

Marseille, attention à la descente

Reparlons de Lisbonne du coup. Une semaine de soleil et de ciel bleu début novembre avant de revenir à la grisaille made in BZH ? En empruntant le chemin du retour, on a aussi emprunté « la descente » au vocabulaire de la drogue, et ça marche vachement bien.

Du coup, on se méfiait déjà vaguement en contemplant le ciel bleu de Marseille, « gare à la descente » disait le groupe cultissime Billy Ze Kick. Le soir du retour, l’avion avait une heure de retard, on était parties pour arriver à Rennes sous la pluie à 23h… ça sentait très fort la descente en plus de l’atterrissage.

Mais en entrant dans l’aéroport, il y avait Yann qui « nous » attendait avec une face bien heureuse, une pancarte avec écrit #HUMOUR et deux colliers à fleurs. Avec le chapeau de paille Ricard de Marie et ma casquette Marseille, on avait vraiment l’air de championnes mais au moins, on avait un peu évité la descente. Ils m’ont déposée à la Seat et j’ai pris la route pour rentrer.

En souriant.

« Madame Dansmacuizine ?

— oui ?

— déjà on ne voit pas passer beaucoup de recettes mais en plus, quand vous nous parlez de Marseille, il n’y pas l’ombre d’un truc à manger un peu typique !

— la bière locale ne peut pas être envisagée comme un truc à manger un peu typique ?

— non

— t’es dur aussi

— non mais faites un effort, franchement

— ok, promis

— nous ça nous met en descente de voir des blogs de cuisine sans recette, chacun son truc

— tu viens de prononcer le mot magique, je me mets au travail tout de suite ! »

Grains de sel

  1. Quand on aime la bonne bière on est pardonnée de ne pas donner de recette…..signé: la flemmarde qui est montée à ND de la garde en petit train touristique…même pas peur!

  2. J’adore ! Te lire est LE remède à la descente

Laisser votre grain de sel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*