La bolognaise de Guillaume Long

La cocotte Le Creuset et la bolognaise de Guillaume Long

Honnêtement, quand on cuisine la bolognaise de Guillaume Long dans une cocotte Le Creuset, on peut être assez content de son sort.

C’est un peu comme ce truc, que j’avais lu je ne sais où, qui disait que si on était en train de manger une glace, c’est que la vie n’allait pas si mal. Bon ok, on peut manger de la glace si on a une angine carabinée ou si on vient de se faire opérer des amygdales (en vrai, je n’en sais rien. Moi quand j’ai une angine, je fais une crise de psoriasis géante et ce n’est pas le genre de trucs qu’une glace peut résoudre. Ni un dermato visiblement).

La bolognaise de Guillaume Long, je l’ai déjà faite souvent. Suffisamment souvent pour pouvoir vous dire que c’est une tuerie et que son goût est aussi terrible que sa consistance. Allez-y les yeux fermés et n’oubliez pas les clous de girofle et le thym s’il vous plait !

Dans l’article de la recette, Guillaume Long raconte son histoire avec la « bolo » et c’est bien agréable à lire. Comme ses bouquins qui donnent autant envie de cuisiner qu’ils font rire.

La bolognaise de Guillaume Long

La bolognaise de Guillaume Long, une recette facile en plus d’être bonne

Je n’ai quasi rien changé à sa recette sauf que j’ai multiplié par deux les ingrédients prévus pour 4 personnes. Comme ça, j’en ai aussi pour faire des lasagnes.

Ah oui et il y a un truc que j’adore, c’est manger une tartine beurrée avec une cuillère à soupe de bolognaise bien chaude dessus. Je trouve que ces deux goûts associés sont divins.

Ingredients

  • 2 oignons rouges
  • 6 gousses d’ail
  • 2 branches de céleri avec les feuilles
  • 4 carottes
  • 150g de pancetta en tranches
  • 500 g de bœuf haché
  • 300 g de porc haché
  • 2 verres de vin rouge
  • 4 feuilles de laurier
  • 4 branches de thym
  • 1,5 kg de purée de tomate nature
  • 8 clous de girofle (indispensable)
  • 300 ml de bouillon maison)
  • sel
  • poivre
  • huile d’olive,

Directions

  1. On coupe l’oignon, l’ail, le céleri et les carottes en brunoise
  2. Dans une cocotte sur feu moyen-fort, on fait revenir tous les légumes avec 5 càs d’huile d’olive. On mélange bien et quand les légumes sont moelleux et légèrement colorés, on les retire et on les réserve.
  3. On taille la pancetta très finement. Dans la même cocotte, on fait fondre la pancetta et on ajoute la viande. On fait cuire 15 mn pour bien dessécher la viande
  4. On déglace avec le vin rouge et on ajoute les légumes, le bouillon, les clous de girofle, les feuilles de laurier, le thym et la purée de tomate
  5. On mélange, on ajoute un peu d’eau si on veut que ce soit plus liquide
  6. On baisse le feu quand mijote et on laisse mijoter à couvert pendant une heure
  7. On goûte, on sale, on poivre

Voilà, il ne vous reste plus qu’à vous faire une tartine beurrée à la bolognaise en regardant votre cocotte d’un air gourmand et satisfait (les cocottes, ça ne veut se faire regarder que comme ça !).

Poitrine de porc pour les ramens

Cette cocotte Le Creuset et moi vivons de formidables aventures depuis quelques mois, à base de plats africains, de pulled pork pour le marché à manger et poitrine pour les ramens (oui j’ai quelques trucs à raconter en stock). Tellement qu’elle rentre peu souvent dans un placard…

Je me suis mise l’eau à la bouche en rédigeant cette recette. La tartine, sans doute !

« Madame Dansmacuizine ?

— oui ?

— des clous de girofle ? Dans la bolognaise ? Vous pensez vraiment qu’on vous fait confiance à ce point-là ?

— oh ça va, ce n’est pas du navet non plus

— non mais vous savez ce qui va se passer ? Les gens vont faire la recette et ne pas mettre les clous de girofle

— mais il FAUT mettre les clous de girofle

— alors on ne fait pas ce qu’on veut ?

— mais non, pas du tout. Il faut mettre ces clous de girofle, c’est important pour obtenir un goût divin !

— on mettra du romarin à la place du thym aussi. Et puis que du bœuf. Et du bacon à la place de la pancetta

— tu te la joues à la Marmiton juste pour m’énerver ?

— oui. Mais quand même, la vérité, c’est qu’on ne mettra pas de clous de girofle dans la bolognaise

— han ! »

Laisser votre grain de sel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*