Velouté d'asperges vertes et chorizo Oliveras

Velouté d’asperges, langoustines et chorizo

L’asperge, je l’adore dans une sorte de monomanie : verte, grillée au four avec un peu d’huile d’olive et du sel. C’est délicieux, ultra rapide et simple, surtout quand les asperges sont celles d’Annie Bertin, toutes fines, irrésistibles.

Pour changer de cette monomanie et parce que je voulais faire plaisir à ma chère mère, j’en ai fait un velouté, servie avec quelques langoustines et du chorizo (envoyé par Oliveras avec un lomo délicieux et un bellota dont on va reparler vite) et relevé de pimenton. Association validée.

Le velouté aux asperges, c’est très simple

Le challenge, avec le velouté d’asperges c’est de le faire bien lisse. Moi, c’est pas du jeu, j’ai un Vitamix (depuis qu’on me l’a envoyé en test et qu’on m’a ensuite proposé de le racheter à un tarif préférentiel, c’était bien vu) mais je pense qu’un blender plus classique peut aussi très bien faire le job.

Les ingrédients pour 4 bols

Ingrédients

  • 1kg d’asperges
  • 100g de crème
  • 50g de beurre
  • du bouillon de volaille (ou de légumes si vous préférez)
  • 12 langoustines (ou plus, par exemple, moi j’en aurais bien mangé une cinquantaine)
  • 12 tranches fines de chorizo (Oliveras pour ce qui me concerne, et c’était top)

On fait cuire les asperges une dizaine de minutes dans le bouillon. A ajuster selon la taille des asperges.

En général, je casse le pied des asperges pour ne garder que le meilleur : on dit qu’elles se cassent pile au bon endroit et moi je suis d’accord avec ça. Mais là, mixer les superbes asperges d’Annie Bertin m’a déjà semblé un crime alors en retirer une partie, c’était « non ».

Une fois les asperges cuites, on les met dans le blender avec la crème, le beurre et du bouillon. On ajuste la quantité selon la texture qu’on souhaite obtenir. Assez épais, c’est pas mal. On ajuste le sel et le poivre en goûtant.

Velouté d'asperges vertes et chorizo Oliveras

Pour les langoustines, on les cuit dans l’eau salée : on les met dans une grande casserole et quand l’ébullition reprend, on compte 3mn. Voire moins selon la taille des demoiselles.

J’ai servi le velouté tiède, avec les langoustines, les tranches de chorizo et un peu de pimenton. Encore une recette pas bien embêtante à faire et que vous pouvez agrémenter avec ce que vous avez sous la main : un peu de feta, quelques copeaux de parmesan, de la poitrine grillée, des noisettes, des amandes… Ne trainez pas, tout de même, la saison des asperges ne s’étend pas à l’infini…

« Madame Dansmacuizine ?

— Ja ?

— vous n’auriez pas du mixer un peu de chorizo directement avec le velouté et peut-être réaliser un fumet avec les carcasses des langoustines pour remplacer le bouillon de volaille ?

— heu… qu’est-ce qui te prend ?

— ben on est toujours là, fidèles au poste, et parfois c’est pas évident de vous laisser cuisiner « à votre façon »

— et ça veut dire quoi « à votre façon » ?

— ben vous voyez

— non, je ne vois rien du tout

— rhooo, allez… disons sans trop de technique… un peu à l’arrache.

— pffff, n’importe quoi.

— soyez pas de mauvaise foi non plus hein !

— c’est toi la mauvaise foi.

— oooooook, bravo, bien joué, on lâche l’affaire… »

 

Un grain de sel

  1. Quel beau site ! Mais je suis jaloux des blogueurs et gueuses qui ont des pages et des pages dans les magazines. J’en tire toutes les conclusions et je me retire de la vie politique…

Laisser votre grain de sel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*