maultaschen, ravioli épinards-poulet

Soupe de légumes aux ravioli… Allemande : les maultaschen

Bon là, haut les coeurs, j’ai enfin cuisiné ce truc que j’adore et qu’il m’est impossible de trouver à Rennes : des maultaschen !

Il y a quelques années, on en trouvait au Monop du Colombia et c’était pour moi le plus grand des plaisirs de m’en procurer. Aujourd’hui, peau de balle. Et la transition n’a pas été des plus faciles, même si je suis habituée aux disparitions des produits que j’aime beaucoup : le Yop à la pomme ainsi que le Pulco à la pomme,  les yaourt Vrai au citron (meilleurs yaourts au citron du monde et bio, ce qui ne gâche rien) et donc, les Maultaschen au Monoprix.

Vous connaissez ce problème aussi ? Partagez ça avec moi s’il vous plait !

Pour ce qui concerne les maultaschen, je les avais découverts en Allemagne donc, du côté de Stuttgart. Ca fait un moment que je pense à tenter de les faire maison. Comme me trotte dans la tête un des meilleurs gâteaux que j’ai jamais mangé, un gâteau de famille allemand, au fromage blanc je pense, avec un crumble sur le dessus. Comme ça, ça a l’air facile à reproduire mais en fait ça n’avait pas goût de cheesecake, ni de crumble, en tous cas pas ceux que je connais…

Mais revenons-en à nouveau à nos Maultaschen… Après avoir demandé à ma chère amie bilingue de bien vouloir me traduire une recette en allemand, je me suis finalement lancée en empruntant à la médiathèque  » Les grandes traditions culinaires : l’Allemagne ». La traduction française date de 1995 mais j’imagine que l’édition originale est bien plus vieille étant donné le peu de modernité des photos et de la couverture.

Les maultaschen, c’est un peu de taff mais ça vaut le coup

Dans ce livre, on trouve une « soupe de légumes aux pâtes », avec une petite variante qui décrit sans le nommer ce qui me semble bien être des Maultaschen.

Pour 4 à 6 personnes :

La soupe :

  • 1 oignon
  • 2 carottes
  • 250g de céleri-rave
  • 1/2 poireau
  • 750g d’os de boeuf
  • 1 feuille de laurier
  • sel

On épluche les légumes et on en coupe grossièrement la moitié qu’on met dans une cocotte avec les os, le laurier et 1,25l d’eau salée.

On écume et on fait cuire doucement 2h à couvert.

On prépare les ravioli pendant ce temps.

Les ravioli :

La farce :

  • 200g d’épinards hachés
  • 150g de viande hachée (j’ai pris du poulet)
  • 20g de mie de pain détrempée et émiettée
  • 1 oignon haché
  • 1 càs de persil plat ciselé
  • 1 oeuf battu
  • sel, poivre, noix de muscade et marjolaine

On mélange ou mixe tous les ingrédients et c’est prêt…

La pâte :

  • 250g de farine + 20g pour le plan de travail
  • 2 oeufs battus avec 2 càs d’eau
  • noix de muscade

On fait un puits au milieu de la farine et on y mets les oeufs.

On travaille du bout des doigts pour obtenir une boule de pâte ferme, en ajoutant de l’eau si nécessaire.

On couvre et on laisse reposer 30 mn.

On partage ensuite la pâte en deux et on étale pour obtenir deux rectangles (il faut étaler finement sinon il reste pas mal de farce).

On dispose de la farce, on recouvre,on soude les deux pâtes et on découpe au couteau ou avec une roulette dentelée. On fait de grands ravioli !

Quand le bouillon est prêt, on le filtre et on le réchauffe.

On ajoute le reste des légumes coupés en bâtonnets très fins et les ravioli et on fait cuire 15 mn et c’est enfin prêt.

On sert avec de la ciboulette ciselée, du persil et/ou des rondelles d’oignons frits.

La recette vient telle quelle du livre, même si pour moi, il y a eu des changements : j’ai fait avec ce que j’avais sous la main, donc pas de marjolaine et un bouillon et une farce au poulet. Et comme je suis très satisfaite et même ravie du résultat, je me dis qu’il suffirait peut-être que je suive cette recette à la lettre pour avoir le résultat de mes rêves !

Et bonus de cette recette, la version poêlée : on coupe les ravioli en tranches (ils sont si grands !) et on les fait revenir à la poêle avec du fromage en lamelles, Comté ou autre.

Miam, miam… La farce aux épinards, c’est vraiment délicieux, j’ai utilisé le reste dans des samosas et c’était aussi très bon…

« Madame Dansmacuizine ?

– oui ?

– on a peur que la longueur du post soit un peu décourageante, non ?

– oh ben ce serait dommage ! Je suis si ravie de cette recette…

– et vous seriez triste si on ne partageait pas votre enthousiasme ?

– oui, très…

– alors… Heu… Wooooaaaaawwww ! Mais c’est dingue, ce truc a l’air si démentiellement délicieux  ! Et l’Allemagne, décidément ce pays est une sorte de paradis avec tous ses merveilleux ravioli !

– je ne sais pas si ça aide, mais merci beaucoup, on dirait moi… »

Grains de sel

  1. Hum je salive, je bave, que dis je dégouline d’envie devant ce post(c’est drôle l’effet de quelques mots bien agencés et d’une photo a travers un écran d’ordi). Mais d’autant plus ma frustration est grande que je sais que je ne pourrais jamais me coller a la préparation de ravioli maison. Je vais devoir mettre cette recette dans ma case fantasmes.
    Pour l’anecdote, un de mes meilleur souvenirs de gâteau est aussi un produit de nos amis outre-Rhin, un superbe cheesecake a la carotte. J’ai pu en manger 2 parts mais si on me l’avais proposé je me serais fait le gâteau en entier.

  2. Yann, je t’en ferai la prochaine fois qu’on se voit si tu veux ! Pour ton anniv ?

  3. Prochaine recette que je vais réaliser

  4. qu’un seul mot…youpi^^.

  5. Bon, incapable de me lancer dans la confection artisanale… Je passerai commande en Allemagne directement…

  6. Pingback: Velouté de châtaignes et céleri-rave | DansMaCuizine

  7. Pingback: Mon dimanche en images #61 | DansMaCuizineDansMaCuizine

  8. Moi aussi je suis accro aux Maultaschen découverts l’été dernier lors d’un séjour en Bavière.

    Dur dur le sevrage !

Laisser votre grain de sel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*